DSCN6438

Récemment, au milieu de pluies diluviennes, 29 membres de l'Association Patrimoniale "Si PONT M'ETAIT CONTE" sont partis pour une excursion d'automne, organisée par Gilles Meeus, Président de l'association et Jean-Paul Jorge.

Au programme de la journée : visite du Musée de la Viscose à Echirolles, sous la conduite de Monsieur Sihol, ancien viscosier , qui a pris plaisir à raconter l'épopée de cette première industrie du fil artificiel. Lors de cette visite, le guide n'a pas manqué de parler des techniques chimique et textile, des conditions de travail pénibles avec les odeurs et le chronométrage, des conditions de vie pourtant très avantageuses pour l'époque car le travail abondait alors que les ouvriers manquaient et plus de 50 nationalités différentes étaient représentées ! Autour de l'usine, se trouvait la cité-jardin des ouvriers, des équipements sportifs et sanitaires, bref, un ensemble industriel assez remarquable du XXème siècle. Financé entièrement par Rhone-Poulenc peu après la fermeture du site en 1989, le Musée craint aujourd'hui pour son avenir en raison de l'extension de l'urbanisation.

La journée s'est poursuivie par un repas dans l'un des Restaurants d'application du Lycée hôtelier Lesdiguieres.

Enfin à 15H, découverte du Château de Sassenage, dont l'histoire est intimmement liée à la Seigneurie de Pont-en-Royans : par deux fois, la dynastie des Sassenage, n'ayant plus qu'une « fille à marier », a fait alliance avec des Berenger, ceux de Pont au XIVème, puis ceux du Trièves au XVIIIème.

Monsieur Alain Jam, le conservateur de ce magnifique édifice, confié à la Fondation de France, a rappelé ces liens et souligné que le plus ancien document des célèbres archives familiales, riches de huit siècles, est relatif à Pont-en-Royans. En parcourant les différentes salles, il a pu raconter la saga de ses ancêtres, en évoquant les succès à la cour du Roy et des anecdotes plus ou moins glorieuses.

En découvrant le grand livre d'inventaire des archives pontoises (fin XVIIIème et début XIXème) ou encore le portrait de Gaspard de Sassenage, le premier à pouvoir porter le titre de « Marquis » de Pont-en-Royans, nous pouvons imaginer les regards et sourires émus des 29 participants à la sortie. Gilles Meeus (avec d'autres historiens locaux présents dans le groupe, qui travaillent sur Saint-André, Saint-Laurent ou Saint-Jean-en-Royans) a d'ailleurs souligné l'importance de ces archives dans les recherches sur Pont en Royans, et l'aide apportée par Alain Jam, Conservateur, et Pierre Pluchot, auteur d'un magnifique inventaire du fonds.

Une journée très instructive et variée dans ses informations ; encore une sortie réussie dans la convivialité pour la dynamique association pontoise !